La grande interview sandwich avec Sofie Dumont

Notre chef invité Sofie Dumont a-t-elle beaucoup de pain sur la planche, gagne-t-elle son pain à la sueur de son front ? Qui serait son convive préféré pour déguster un bon sandwich ? Lisez tout à son propos dans sa grande interview sandwich !

Sandwich Panos x Sofie Dumont

Quel est votre sandwich préféré?

Sofie Dumont : « Je ne mange jamais deux fois la même chose. Déjà, ma nourriture dépend un peu de mon humeur et de mes envies du moment. Soit j’opte pour un guilty pleasure, un plaisir coupable, comme un petit pain blanc poulet curry, une salade de thon piquant ou un Martino. Ou bien je penche pour un pain complet très sain, saupoudré d’un peu de fromage de chèvre. Le mot d’ordre, c’est : la variété avant toute chose ! »

Quel est le sandwich que vous préférez préparer vous-même?

Sofie Dumont : « Cela dépend du temps dont je dispose. J’adore le pain au levain. Mais un pain complet ordinaire au bicarbonate de soude (ndlr, le soda bread dont raffolent les Irlandais par exemple) que vous n’avez pas besoin de pétrir et que vous pouvez mettre au four immédiatement est aussi délicieux. Ici aussi, la règle est que je ne veux pas refaire éternellement le même pain, il existe tellement de saveurs et de variétés. Mais dans tous les cas, il faut qu’il y ait du mordant. »

Avec qui aimeriez-vous partager un sandwich?

Sofie Dumont : « J’entretiens d’excellentes relations avec mon ancien patron de chez Wittamer. Les meilleurs pâtissiers et boulangers de Belgique sont passés par là. J’adorerais donc déguster mon sandwich chick’n honey mustard avec lui sur leur terrasse au Sablon à Bruxelles et je serais curieuse de connaître son avis. Il pouvait parfois se révéler un fantastique casse-pieds et j’apprécie les commentaires constructifs et directs. Cela aide à rester concentré ! »

Sandwich Panos x Sofie Dumont

On dit que vous avez eu du pain sur la planche pour des têtes couronnées ?

Sofie Dumont : « On m’a un jour demandé d’être le chef privé du prince Philippe et de la princesse Mathilde (encore princes à l’époque), c’est vrai, je ne plaisante pas. J’ai considéré cette offre comme un grand honneur mais j’ai décliné. Au niveau de ma carrière, j’aurais dû renoncer à trop d’autres choses. »

Quel est le sandwich le plus savoureux que vous ayez dégusté ?

Sofie Dumont : « Incontestablement, un sandwich Philly Cheesesteak. Un sandwich très frais avec du fromage fondant et de délicieuses fines tranches de steak. Je l’ai découvert dans le quartier Matonge à Bruxelles et je l’ai repris à ma sauce. Vous trouverez la recette sur mon site web. » 

Vous est-il arrivé de devoir manger du pain sec ?

Sofie Dumont : « Non pas vraiment, mais mes parents étaient divorcés et ma mère ne roulait pas sur l’or. Alors maman ne jetait rien, pas même du pain. S’il était trop vieux, on le grillait. Ou il recevait une seconde vie dans un savoureux pudding au pain. Ou bien elle trempait les tranches dans du lait et des œufs, les faisait frire à la poêle et elle en faisait du pain perdu. »

Sandwich Panos x Sofie Dumont

Y a-t-il un sandwich que vous aimeriez encore imaginer?

Sofie Dumont : « J’aimerais créer un sandwich savoureux qui soit entièrement veggie. C’est le genre de défi que j’affectionne. »

Si vous étiez condamnée à ne manger plus qu’un seul sandwich jusqu’à la fin de votre vie, ce serait lequel?

Sofie Dumont : « Bon sang, quelle idée épouvantable ! En tant que chef, il est horrible de penser que l’on devrait se contenter d’un seul type de sandwich. Mais si je n’ai vraiment pas le choix : ce serait un sandwich qui déborderait de goût, avec les bonnes textures, durable et végétarien, avec des poivrons grillés, une bonne huile d’olive, de la feta bien grasse, des graines de sésame et d’autres graines. Avec un parfum de Méditerranée donc, pour me donner l’impression d’être tous les jours en vacances. »

Quel est votre conseil ultime en matière de pain?

Sofie Dumont : « Du pain qui sort du four, encore légèrement chaud de préférence, puis avec une noisette de vrai beurre et un peu de fleur de sel, il n’en faut pas plus. »